Un député israélien émet des doutes sur l’origine ethnique de la famille Tamimi

D’après le média israélien Yediot Aharonot, le député israélien Michael Oren a affirmé qu’il avait mené une enquête secrète sur Ahed Tamimi. La jeune Palestinienne, en prison depuis fin décembre 2017 pour avoir bousculé et giflé deux soldats israéliens, serait suspecte en raison de sa blondeur et de ses taches de rousseur. Sont également concernés, d’autres enfants de la famille qui ont les mêmes caractéristiques et qui s’habilleraient à l’occidentale juste pour se mettre en scène. Pour le député, cela pourrait indiquer qu’ils ne seraient pas réellement Palestiniens et que la famille ne serait qu’une invention. Il prétend également qu’une personne finance les manifestations auxquelles participe la famille afin de salir l’image d’Israël.

Le père d’Ahed, Bassem Tamimi, a qualifié l’enquête d’Oren de stupide et de raciste.« Nous, la famille Tamimi, étions en Palestine avant la création d’Israël et nous comptons y rester », a-t-il dit. « Le fait de nier que les Palestiniens puissent être blonds est révélateur du racisme qui perdure dans la société israélienne », a-t-il ajouté.

Dans la vidéo du 15 décembre dernier, Ahed Tamimi chasse deux soldats israéliens en faction devant sa maison. La famille a expliqué que la jeune fille était en colère car son  jeune cousin venait d’être atteint en pleine tête par une balle en caoutchouc tirée par l’armée israélienne. En Israël, cette vidéo a été perçue comme une humiliation infligée à ses soldats.

L’avocate de la famille, Gaby Lasky, a déclaré être confiante dans le fait que les procureurs n’allaient pas requérir la peine maximale de 14 ans de prison mais qu’ils accepteraient de réduire la sentence à quelques mois de prison. L’avocate a également fustigé les « théories du complot sauvages »du comité parlementaire dirigé par Oren.

Michael Oren, qui a visiblement obtenu un doctorat en histoire à l’université de Princeton, devrait pourtant savoir que la région du Proche-Orient a été le théâtre, depuis des millénaires, de brassages de populations très diverses, notamment d’Européens venus pour les Croisades, et que les cheveux ou les yeux clairs ne sont pas si rares chez les Palestiniens, les Libanais ou les Syriens notamment. AU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Be the first to comment on "Un député israélien émet des doutes sur l’origine ethnique de la famille Tamimi"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*