Archives de 1988 : Quand le Conseil Fédéral faisait preuve de fermeté sur la question de l’asile

L’affaire Maza, celle d’un requérant d’asile zaïrois qui souhaitait s’établir en Suisse, a bientôt trente ans. En visionnant le reportage de la TSR (RTS actuellement), on constate plusieurs choses. Le Conseil fédéral était, à l’époque, beaucoup plus ferme sur la question de l’asile. Une telle attitude serait impensable de la part de Simonetta Sommaruga aujourd’hui. Dans ce reportage, le journaliste, qui semble très critique à l’égard de la politique fédérale en matière d’asile, souligne que la Suisse avait accepté, en 1988 « seulement » 7% des demandes d’asile, alors que le taux d’acceptation était de 70% encore en 1982. Il faut dire qu’une part importante des requérants d’asile avant cette date étaient Hongrois ou Tchécoslovaques. Ils fuyaient un régime communiste et leur intégration sur le marché du travail et dans la société s’est faite de manière aisée. Les requérants d’asile africains ont commencé à venir surtout à partir des années 80 et plus massivement encore lors des décennies suivantes. On peut constater que le cas Maza avait mobilisé une partie de la population, comme c’était le cas lors d’affaires plus récentes. Les autorités avaient tenu bon et n’avaient pas régularisé ce requérant d’asile malgré les pressions d’associations et d’une partie de l’opinion publique. C’est Cuba qui avait finalement offert d’héberger la famille Maza et offert un dénouement à cette longue affaire. On a du mal à imaginer un tel scénario aujourd’hui. En 1985 déjà, le dirigeant zaïrois Mobutu fustigeait l’arrivée de migrants économiques africains dans les pays occidentaux.

 

Be the first to comment on "Archives de 1988 : Quand le Conseil Fédéral faisait preuve de fermeté sur la question de l’asile"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*