Migrants : le rôle confus de la journaliste Charlotte Boitiaux

Charlotte Boitiaux est une jeune journaliste qui travaille à la fois pour la chaîne de télévision France24 et pour le site internet Info Migrants. France 24 est une chaîne de télévision publique, par conséquent financée par le contribuable français, et Info Migrants est un site internet qui milite pour le droit des migrants.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Charlotte Boitiaux a du mal à faire la distinction entre un travail journalistique distancié et son activité militante.

En mai dernier, elle avait passé dix jours à bord de l’Aquarius, un bateau dont l’activité principale est de secourir des migrants africains en mer et de les ramener sur le sol européen. Elle témoignait ainsi pour France24 :

« J’avoue que l’habituelle distance journalistique, j’ai eu beaucoup de mal à la garder. Déjà, parce que quand on est face à des gros sauvetages…Bon j’ai pas eu un très gros sauvetage, c’était un peu moins de 200 personnes mais c’est un sauvetage assez conséquent…on se rend compte très vite que les humanitaires sont pas beaucoup à bord. Ils ont besoin de bras, on a des formations pendant les jours de traversée avant d’arriver sur la zone de sauvetage, on apprend à faire de la réanimation, à transporter un corps, à aider les équipes sur place. Instinctivement, on pose sa caméra, son carnet, son stylo et on va prêter main forte. C’est peut-être pas toujours le rôle des journalistes, mais on réfléchit pas et on va aider les gens à sortir de l’eau. »

Le 15 novembre dernier, elle conspuait la politique migratoire de la Pologne en prétendant que ce pays n’accueillait aucun réfugié. Voici ce qu’elle écrivait :

« Ce week-end, une manifestation patriotique a été organisée à l’appel de l’extrême-droite en Pologne. Les mots d’ordre ont été : « La Pologne blanche, la Pologne pure », signe d’une inquiétante montée de la xénophobie et d’un rejet de l’immigration dans un pays qui n’a pourtant accueilli aucun réfugié syrien ou irakien. »

Or, si la Pologne, à l’instar de la Hongrie et de la République tchèque, a bien refusé de céder au diktat de la Commission européenne qui souhaite imposer des quotas obligatoire de migrants, elle a bien reçu des demandes d’asile en 2016 et continue à en recevoir en 2017.

Certes, le pays n’est pas aussi attractif que les autres pays d’Europe occidentale qui fournissent une aide sociale généreuse aux migrants, mais les statistiques montrent que la Pologne a reçu 12’321 demandes d’asiles en 2016. Certes, parmi ces demandes, 8994 provenaient de Russie, 1306 d’Ukraine et 806 du Tajikistan, 47 de Syrie et pratiquement aucune de pays africains. Cependant, la Pologne, contrairement à ce que prétend Charlotte Boitiaux, a un système d’asile effectif. L’asile est simplement attribué à un nombre très limité de personnes. Le Japon a une pratique somme toute similaire.

Dans son dernier tweet, Charlotte Boitiaux a publié une photo d’enfants migrants, accompagnée du commentaire suivant, comme pour occulter le fait que l’immense majorité des migrants recueillis en mer sont des jeunes hommes dans la force de l’âge :

Des enfants jouent sur le pont de l’Aquarius, le bateau humanitaire de l’ONG @SOSMedFrance, après avoir été secourus en mer, le 1er novembre. Crédit : Iasonas Apostolopoulos

DOqXSNlUMAArtyv

Il est de notoriété publique que les journalistes des médias institutionnels ont une lecture des événements qui correspond à ceux de l’oligarchie. Néanmoins, Charlotte Boitiaux excelle dans son rôle et se distingue par une confusion accentuée de son rôle. Il ne serait pas étonnant qu’elle reçoive un jour un prix journalistique pour son travail militant qui ferait pâlir d’envie Cédric Herrou.

Alimuddin Usmani

Be the first to comment on "Migrants : le rôle confus de la journaliste Charlotte Boitiaux"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*