Daniel Conversano peut s’estimer heureux que le ridicule ne tue pas

1480881640-conv5

Au lendemain de l’échec de l’Italie, lors des qualifications pour la Coupe du monde 2018 en Russie, le youtubeur franco-italien Daniel Conversano est parvenu à publier un message qui montre à lui seul l’étendue des contradictions et le manque de sérieux de ce personnage :

 

Je ne suis pas vieux, mais j’aurais donc vécu assez longtemps pour voir le pays de mon père, l’Italie :
– Se laisser envahir et humilier par des migrants musulmans que nos ancêtres avaient combattus jusqu’à la mort.
– Ne même pas réussir à se qualifier à une coupe du monde de football. Sport dans lequel les transalpins excellent depuis toujours.
Je ressens un grand mépris pour ses joueurs qui croulent sous le pognon, et qui n’ont pas compris que pour le petit peuple italien prolétaire, le football est une religion et doit être considérée comme telle, avec respect et déférence.
Un nationaliste italien (que ses joueurs décérébrés ne sont pas) devrait comprendre que le foot est un élément de culture si important que toute défaite avant le dernier carré des grandes compétitions est déshonorante pour le pays entier.
Impossible de s’identifier à l’équipe de France quadricolore d’un autre côté, alors en 2018, je serai pour l’Islande et la Russie !
Voilà voilà, on parle de tout sur cette page, même de sport.

 

Passons sur cette pseudo réflexion à propos du foot-business qui est très mal articulée et qui se focalise avant tout sur les joueurs. Retenons qu’il a réussi à placer son obsession par rapport aux musulmans dans un post qui était consacré avant tout à l’élimination de l’Italie, pour laquelle aucun grand mufti ne porte une quelconque responsabilité. Par ailleurs, une bonne partie des migrants africains qui débarquent en Italie ne sont pas musulmans.

Il proclame fièrement ne pas soutenir l’équipe de France mais l’Islande et la Russie à la place. On l’a compris, Conversano a du mal à s’identifier à l’équipe de France parce qu’une bonne partie des joueurs possède une ascendance subsaharienne. Pourtant, il n’hésite pas à s’identifier à la Russie et à l’Islande et à se revendiquer comme un nationaliste français en même temps. Il n’est pas à un paradoxe près. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’un joueur islandais est très éloigné du physique de l’Italien du sud Daniel Conversano. S’il devait s’identifier uniquement par rapport au faciès d’un pays qualifié pour la Coupe du Monde, on lui conseillerait plutôt le Maroc, la Tunisie ou l’Egypte.

Concernant la Russie, Conversano oublie que nombre de joueurs qui font partie de l’équipe officielle sont de confession ou de culture musulmanes. Ils reflètent la réalité des populations du Caucase. Parmi eux :  Magomed Ozdoev, Magomed Mitrishev, Ruslan Kambolov, Elmir Nabiullin.

Soutenir l’équipe de Russie, pour un type qui passe ses journées à taper sur les musulmans et l’islam, est pour le moins paradoxal. Tout ceci révèle avant tout le manque de culture politique de ce petit youtubeur sans grande épaisseur.

Rappelons lui tout de même que le Président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, a inauguré en 2015 la Grande Mosquée de Moscou. Si Vladimir Poutine est intransigeant avec l’islamisme radical et le wahhabisme, il évite, contrairement à Daniel Conversano, de tomber dans le piège du choc des civilisations.

1 Comment on "Daniel Conversano peut s’estimer heureux que le ridicule ne tue pas"

  1. Il est une belle incarnation d’un tartempion…chez-nous au Québec nous dirions un joli tata !
    Rien à voir avec la ou les familles du même nom.
    Donc avec un ‘tata’pareil la France n’a plus besoin d’ennemi. La cour est pleine…

Leave a comment

Your email address will not be published.


*