Retour sur la crise migratoire de 2015

Capture d’écran 2017-10-09 à 23.17.22

Il y a deux ans exactement, le 10 octobre 2015, je donnais une interview au média tchèque Blesk.cz sur la crise migratoire qui sévissait en Europe. A l’époque, la position des pays du V4 n’était pas aussi unie qu’aujourd’hui face aux quotas de migrants imposés par l’UE. Aujourd’hui, les gouvernements d’Europe centrale ont fini par tous se rallier à la vox populi qui rejetait massivement cette décision prise par la Commission européenne.

Voici la traduction intégrale de cet entretien en français :

Marcel Mihalik : Alimuddin Usmani, journaliste indépendant suisse est l’invité de Studio Blesk. Bonjour.

Alimuddin Usmani : Bonjour.

Quelle est la situation de la Suisse par rapport à la crise migratoire et quel est son regard sur les quotas de migrants décrétés par l’Union européenne?

En Suisse, pour l’instant, nous n’avons pas énormément de Syriens. Ceux-ci se dirigent plutôt vers l’Allemagne ou la Suède. Cependant, il y a ici de nombreux requérants d’asile érythréens. La Suisse a accepté de prendre des quotas de migrants, même si elle ne fait pas partie de l’Union européenne.

Quels conseils pourriez-vous donner aux Tchèques ou au gouvernement tchèque sur l’attitude à adopter vis-à-vis de ces quotas? Est-ce que vous évaluez de manière positive la position du gouvernement Sobotka?

Je la trouve très mauvaise. La République tchèque, la Pologne, la Hongrie et la Pologne ont dans un premier temps décidé, dans le cadre du V4 , qu’ils ne voulaient pas des quotas. La Pologne a été la première à faire volte-face, c’était assez étrange. Puis le gouvernement Sobotka a, selon moi, trahi le V4. Contrairement à la Hongrie et à la Slovaquie qui souhaitent au moins se battre contre cette décision, le gouvernement tchèque n’a pas souhaité attaquer en justice l’Union européenne. Cela veut dire que ce n’était qu’une posture qui consistait à dire : « Nous sommes contre les quotas mais en fin de compte nous nous soumettons ». J’ai lu que 93% des Tchèques ne veulent pas de cette immigration.

Quelle est la situation de la Suisse par rapport aux migrants?

Pour l’instant, il n’y a pas d’afflux massif comme c’est le cas en Autriche ou en Allemagne.

Combien sont-ils?

Les estimations tournent autour des 30’000 requérants d’asile d’ici à la fin de l’année. L’année dernière, la République tchèque a recueilli environ 1000 demandes d’asile, ce qui me semble être plutôt raisonnable. Le fait qu’un pays comme la Suisse, de 8 millions d’habitants, doive accueillir 30 fois plus de requérants d’asile que la République tchèque (10,5 millions d’habitants) me semble exagéré.

Qu’est-ce qui attire les migrants en Suisse?

Je pense que c’est parce que notre système social est généreux. Lorsqu’un réfugié obtient un permis de séjour, il a droit aux mêmes aides sociales que les Suisses. L’année dernière, une famille érythréenne avec sept enfants a coûté 60’000 frs. par mois à la collectivité. 90% des Érythréens qui vivent en Suisse, parfois depuis cinq ou sept ans, vivent de l’aide sociale. Probablement parce qu’ils possèdent un faible niveau de formation et qu’ils sont par conséquent difficilement intégrables sur le marché du travail.

La République tchèque est souvent critiquée. Le ministre de la justice, Robert Pelikán, a indiqué qu’il pourrait y avoir des plaintes en justice contre la République tchèque par rapport au traitement qui est réservé aux migrants. Ils sont mis en détention et on leur confisque leurs téléphones portables et leur argent. Que pensez-vous de cette attitude? Est-elle juste?

Je pense que c’est dissuasif. Quelqu’un qui a subi des persécutions politiques n’est pas censé être préoccupé par ces confiscations tant qu’il se trouve en sécurité.  En Suisse, avec l’aide d’organisations gauchistes, des migrants se sont plaints qu’ils devaient dormir dans des abris de la Protection civile. Ils se plaignaient des conditions « inhumaines ». Pourtant, une personne qui fuit les persécutions ou la guerre n’aspire pas à vivre dans le luxe à tout prix. C’est la sécurité qui doit primer pour lui. Je pense que la République tchèque a raison d’être sévère et de ne pas fournir des avantages.

Si vous vous retrouviez personnellement dans une telle situation, si vous viviez en Syrie ou dans un pays africain en guerre, si vous souhaitiez survivre et sauver la vie de votre famille, comment réagiriez-vous?

Les Syriens se rendent d’abord en Turquie, où ils sont en sécurité. Puis, dans un deuxième temps, ils décident de se rendre en Allemagne et en Suède. La raison est simple, les conditions matérielles de vie y sont meilleures. C’est humain, je ne le leur reproche pas. Je peux le comprendre mais ici en Europe, nous devons montrer que cela ne marche pas ainsi. Il n’y a aucune loi qui décrète qu’on puisse avoir une vie meilleure.

Que devrait faire l’Union européenne face à ce problème? Car le problème est présent et il faut le résoudre. 

Elle devrait défendre ses frontières. Je ne comprends pas comment les migrants ont pu traverser autant de pays. Ils voyagent de Grèce en Macédoine, puis vers la Serbie. Le seul pays qui agit de façon plus dure est la Hongrie.

Elle est également critiquée pour cela.

C’est vrai et je pense que ces élites de Macédoine, de Serbie ou de Grèce agissent de façon mauvaise.

L’Union européenne doit donc fermer ses frontières et y placer l’armée? C’est la bonne solution?

Elle pourrait aussi financer des camps de réfugiés en Turquie ou au Soudan. Comment se fait-il que des réfugiés érythréens aillent jusqu’en Allemagne? Ils pourraient aller au Soudan. Nous pourrions améliorer les conditions de ces camps.

Pourquoi ne vont-ils pas dans un pays qui possède une culture plus proche de la leur, avec une proximité géographique et linguistique? 

Madame Merkel a attiré les migrants pour qu’ils viennent en Allemagne. Des Allemands exhibent des pancartes avec des inscriptions comme « Bienvenue chez nous ». Le message a donc été entendu. Il est vrai que les perspectives de travail y sont meilleures. Mais, dans ce cas, il ne s’agit pas d’asile. Ils veulent juste améliorer leurs conditions de vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Be the first to comment on "Retour sur la crise migratoire de 2015"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*