Algarade à Cracovie

Samedi 7 octobre 2017, je me trouve à Cracovie en Pologne avec un ami pour découvrir la ville, et notamment sa vie nocturne. Le centre-ville est magnifique, les filles sont belles, il y règne une ambiance assez détendue. Nous passons plutôt une bonne soirée. En rentrant à pied à l’hôtel, aux alentours de 4 heures du matin, près de la Grand-Place, nous sommes interpellés par une jeune femme qui cherche à nous attirer vers un club de strip-tease. Elle continue à insister malgré mon refus, tandis que mon camarade commence à s’éloigner. Simultanément, un homme d’environ 40-45 ans, 1m80 et plutôt costaud, cheveux clairs et courts, surgit et me demande quelque chose en polonais. Il est visiblement en état d’ébriété. Je réponds que je parle tchèque et sans crier gare il m’envoie son poing au visage. Malgré les quelques bières avalées plus tôt dans la soirée, ma réactivité n’est pas entamée et je riposte immédiatement par une droite en pleine figure, suivie d’un coup de pied sur son tibia. Il revient alors à la charge et je parviens à lui asséner une deuxième droite au visage sans subir de nouveau coup. Il s’effondre alors sur le sol et j’en profite pour m’éloigner. J’aurais pu m’acharner sur lui pendant qu’il était à terre mais cela aurait pu se terminer de façon tragique et aussi me valoir des ennuis judiciaires. Je serais alors sorti du cadre de la légitime défense. Même en situation de combat de rue, j’estime qu’il y a certains principes à appliquer comme de ne pas frapper un homme à terre ou bien se battre à plusieurs contre un. Lorsque le Polonais se relève, il essaie alors de s’en prendre à mon camarade qui n’avait réalisé qu’il se passait quelque chose uniquement lorsqu’il s’est retourné et a vu l’homme à terre. Il esquive assez facilement les assauts de l’homme qui avait toujours envie d’en découdre. Nous décidons alors de ne pas nous attarder sur les lieux et de rentrer rapidement en direction de l’hôtel. Dans un environnement que nous ne connaissons pas, il est plus raisonnable de s’éloigner. Par ailleurs, ses éventuels acolytes auraient très bien pu venir à son secours. Plus que la pratique des sports de combat, c’est mon gabarit (190cm,102kg) qui m’a fourni un avantage ainsi qu’une petite expérience de combat de rue dans mes plus jeunes années. L’histoire se termine plutôt bien et sans blessure. On peut également y voir une dimension pédagogique.

Bien entendu, les Polonais ne sont pas tous agressifs et le lendemain nous avons rencontré un vieil homme dans la rue tout à fait amical qui incarnait l’antithèse du type rencontré plus tôt. Mais ce genre d’épisode doit nous rappeler que la violence n’est pas le monopole des populations extra-européennes comme semble l’affirmer un youtubeur comme Daniel Conversano. C’est très mal connaître la culture du hooliganisme en Europe. Les pays européens qui connaissent une cohésion ethno-culturelle sont également touchés par la violence et la délinquance.

Sans pour autant minimiser le phénomène lié à la délinquance ethnique en banlieue, force est de constater que Conversano est un manipulateur. Il est plutôt malhonnête de sa part de suggérer qu’un monde presque exclusivement blanc est dénué de violence. Les facteurs liés à la violence sont multiples et les résumer uniquement à une question raciale est le signe d’une paresse intellectuelle, digne d’un assisté au RSA.

Il parle volontiers de la violence mais peine à l’assumer lui-même comme tout le monde a pu le voir fin 2016 face à Alain Soral. Dieudonné avait vu juste à propos de ce personnage. Dans le générique de fin du film L’Antisémite (sorti en 2012) on voit apparaître le nom de Daniel Conversano avec le commentaire : « Il lui manque une formation en combat de rue »

22092616_10154833261216471_888399371_o

Alimuddin Usmani

2 Comments on "Algarade à Cracovie"

  1. Cher Alimuddin Usmani

    Je consulte votre site quotidiennement
    Aujourdhui je trouve que vos propos generalistes sur les beneficiaires du rsa font preuve dune certaine paresse intellectuelle
    Vous nous aviez habitue a autre chose
    Cordialement
    Numero6

    • Cher Monsieur. Merci pour votre commentaire courtois. Il s’agissait d’une pique à l’encontre de Daniel Conversano qui peut-être interprétée de façon diverse je vous le concède. Bien à vous. AU

Leave a comment

Your email address will not be published.


*