« Nous n’avons pas de leçons à recevoir » : le message du Premier ministre italien au V4

625388-top_foto1-7ibzp

Paolo Gentiloni, qui avait succédé à Matteo Renzi à la présidence du Conseil des ministres d’Italie en décembre 2016, a répondu de manière cinglante aux quatre pays du groupe de Visegrád (Pologne, République tchèque Hongrie, Slovaquie) qui proposaient leur aide à l’Italie pour lutter contre la crise migratoire, essentiellement à l’aide de mesures dissuasives pour maintenir les migrants en dehors du territoire européen.

Ces propositions n’ont visiblement pas plu au dirigeant transalpin qui a refusé d’infléchir sa politique en matière migratoire :

« L’Italie est confrontée à un fardeau pour lequel il pourrait y avoir un partage en Europe. Nous avons le droit de demander à nos voisins et aux pays avec lesquels nous partageons le projet européen de faire preuve de solidarité. Nous n’avons pas de leçons à recevoir, » a énoncé Gentiloni.

« On ne peut également pas accepter des paroles de menaces qui viennent de pays voisins. Nous disons de manière sereine que nous continuons à faire face à nos obligations. Nous demandons à ce que toute l’Europe remplisse ses obligations, sans qu’elle éprouve le besoin d’émettre des propositions douteuses, » a ajouté le chef du gouvernement italien.

Paolo Gentiloni faisait probablement allusion à l’annonce autrichienne de vouloir déployer l’armée au col du Brenner si l’afflux de migrants en provenance d’Italie ne ralentissait pas. Le ministre autrichien des Affaires étrangères Sebastian Kurz, a également appelé l’Italie à ne plus transférer sur le continent les migrants débarquant sur ses îles pour ne pas favoriser le trafic d’êtres humains. Une polémique a alors éclaté avec le maire de Lampedusa qui a affirmé :

« Je m’attendais à ce genre de déclarations de la part d’un skinhead nazi, certainement pas de la part d’un représentant des institutions d’un pays de l’UE. »

Nul doute que si l’on devait décerner la palme de la meilleure (ou la pire) reductio ad hitlerum, le maire de Lampedusa, Totò Martello, aurait des chances réelles de l’emporter haut la main.

Alimuddin Usmani

Be the first to comment on "« Nous n’avons pas de leçons à recevoir » : le message du Premier ministre italien au V4"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*