Conflit entre David Payot un journaliste sur l’affaire Praz-Séchaud

david-payot

Le 11 juillet dernier, un journaliste de 20minutes.ch, Frédéric Nejad Toulami, a publié un article à propos d’une échauffourée survenue entre des dizaines d’adolescents et un policier à moto qui avait dû se replier face à cette foule.

les propos de David Payot, publiés dans 20minutes.ch, ont suscité une vive réaction de l’UDC, exprimée dans 24heures.ch. Interrogé par le quotidien vaudois, David Payot, responsable de la jeunesse et des quartiers et conseiller municipal, a affirmé que Frédéric Nejad Toulami avait tronqué ses propos :

«Une seule partie de mon explication a été relayée par le journaliste et je ne peux en être tenu pour responsable. L’interprétation faite par l’UDC est donc fallacieuse, répond David Payot. Je condamne les agissements de Praz-Séchaud. L’agressivité exprimée à l’égard de la police se trompe d’objet, en lien avec d’autres frustrations.»

Or, Frédéric Nejad Toulami a répondu en détail à l’accusation de David Payot sur la page Facebook de ce dernier :

« Monsieur Payot, la lecture de vos propos dans ce journal, dont vous publiez l’article sur votre profil, me surprend beaucoup. En tant que responsable politique de la jeunesse et des quartiers à Lausanne, je vous ai demandé dans deux courriels distincts (dont le premier avec la vidéo en question sur le motard de police poursuivi par des enfants et ados) le mardi 4 juillet, de 1) réagir à ces faits, 2) me donner vos explications et 3) me communiquer ce que vous prôniez pour éviter ce genre de situation. Dans vos deux réponses distinctes par écrit, à aucun moment vous ne condamnez ce qui s’est passé à Praz-Séchaud le 30 juin dernier. A aucun moment (je tiens à disposition mes deux courriels et vos deux réponses). J’ai dû évidemment résumer vos longs propos sur votre explication du « phénomène social » et de la politique sociale menée dans ce quartier pour pouvoir les diffuser, et je vous les ai soumis à votre demande. Vous m’avez alors répondu: « ….je peux prendre connaissance également de l’article et vous confirmer que je n’ai aucun correctif à apporter. Avec mes meilleures salutations. » Dès lors, je ne comprends pas votre allusion sur le journaliste qui aurait relayé qu’une partie de votre explication, tout en vous empressant, enfin, de condamner les événements de Praz-Séchaud. Vous aviez pourtant l’occasion et la possibilité de le faire dans « 20 minutes » lors de vos deux longs e-mails. Vous donnez ainsi (volontairement?) l’impression que j’aurais censuré/tronqué votre condamnation et votre éventuel soutien à la police communale… Il ne s’agit, j’imagine, que d’une maladresse. Je vous adresse mes salutations distinguées. »

De son côté David Payot se défend sur son mur, capture d’écran à l’appui :

« Monsieur Nejad, il est normal qu’un journaliste ne transcrive pas l’entier des propos. Je ne vous le reproche pas. Il est par contre abusif, de la part de L’UDC Lausanne, de faire croire que je ne tiens que les propos que vous relayez. »

 « Par ailleurs, lorsque vous me dites sur facebook ‘à aucun moment vous ne condamnez ce qui s’est passé à Praz-Séchaud’, vous commettez une erreur factuelle. C.F. mon message du 04.07.2017 à 16h49: ‘Il va de soi que je condamne également les agissements représentés dans la vidéo que vous relayez’. »

20031926_10155704496209684_3522170267814712283_n

Be the first to comment on "Conflit entre David Payot un journaliste sur l’affaire Praz-Séchaud"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*