Attentat de Berlin : Entretien avec Frank Franz

img_9756

Frank Franz est un homme politique allemand. Il est le président du Parti national-démocrate d’Allemagne (en allemand : Nationaldemokratische Partei Deutschlands, abrégé en NPD). Voici son opinion sur les récents événements qui secouent l’Allemagne :

Alimuddin Usmani : Le 19 décembre 2016, il y a eu un attentat au marché de Noël à Berlin, devant l’Eglise du Souvenir. 12 personnes sont mortes et 56 ont été blessées. Parmi les victimes de cette attaque, il y a eu des Allemands mais également une Tchèque et d’autres étrangers. Quelle est votre réaction?

Frank Franz : C’est une terrible tragédie. Tout d’abord, selon moi, peu importe qu’il y ait aussi des étrangers parmi les victimes. Chaque victime d’une attaque, est une victime de trop. Pour mettre un peu de politique dans tout ça : La victime irakienne d’un drone américain est autant à regretter que la victime d’une attaque terroriste en Allemagne.  Ce que je veux dire par là? Il n’y a aucune excuse pour le terrorisme. Nous ne pouvons toutefois pas nous plaindre uniquement des symptômes. Nous devons éclaircir les causes de tout ceci. Et les causes sont– pas uniquement mais également – à rechercher dans l’essence de la politique étrangère et de guerre.  Voilà pourquoi cette politique doit enfin changer.

L’auteur présumé de l’attentat a été abattu au nord de Milan. N’est-ce pas effrayant qu’il ait pu s’enfuir aussi loin? 

C’est juste. Il y a quelques jours, j’ai cependant fait une remarque à ce propos : Il est aussi simple pour un criminel, malgré la mise en place de mesures conséquentes, de quitter l’Allemagne que d’y entrer. Ceci est le problème le plus grave.

Suite à cette épisode, pensez-vous que la Willkommenskultur (culture de l’accueil) sera rejetée?

Les politiciens, pour diverses raisons, continuent de faire comme avant.  Ils vont tenter d’apaiser les citoyens et vont peut-être même prendre quelques mesures mineures  pour calmer les choses. Toutefois, les choses devraient fondamentalement continuer comme elles se sont déroulées jusqu’à présent. Les frontières sont et restent ouvertes. Tout le monde peut venir en Allemagne, y compris les criminels. À mon avis, les plus grands criminels sont cependant assis au Bundestag. Je parle de ceux qui, non seulement n’empêchent pas tout cela de se produire, mais refusent également obstinément de protéger de manière efficace le peuple allemand.  Selon moi, il faut blâmer la chancelière pour l’attentat de Berlin. Elle a également les mains pleines de sang des victimes. C’est pourquoi il faut non seulement nous débarrasser de Merkel mais également de l’ensemble du gouvernement et de ceux qui ont conduit une mauvaise politique durant ces dernières décennies.

Quel est le moyen le plus efficace pour combattre la politique de Merkel?

Les Allemands doivent revenir au bon sens.  Friedrich Hölderlin* disait : Là où croît le danger croît aussi ce qui sauve.

Plus le danger est grand, plus nous, Allemands, devons nous montrer déterminés dans notre volonté de vivre.  Désormais, il est important que les Allemands trouvent une volonté vivre, s’organisent et la fassent respecter. Les seules choses décisives sont la prise de conscience et la volonté d’agir. Rien ne changera si vous ne le changez pas vous-même. Les Allemands doivent avoir la volonté d’apporter le changement, après avoir reconnu que Merkel et sa politique d’ouverture des frontières sont mortelles dans tous les sens du mot.

Le NPD souhaite manifester près de la cathédrale de Cologne à Nouvel An. La police n’est-elle pas en mesure d’assurer la sécurité des femmes? 

Je rends hommage à la police. Elle doit payer le prix causé par les décideurs politiques.  Il y a cependant eu 16’000 suppressions de postes dans la police ces dernières années. Tout cela dans un contexte de menace croissante pour la sécurité intérieure. Il est clair que la police ne peut pas répondre à sa tâche.  Ceci est non seulement irresponsable mais représente également un danger pour la communauté.  Les politiciens sont du côté des escrocs à l’asile, le NPD est du côté du peuple. Nos femmes ont besoin de protection, pas de faux réfugiés criminels.

Nous reconnaissons évidemment le monopole de la violence de l’Etat, mais apparemment l’Etat n’est pas en mesure de pénétrer partout de manière efficace. Il y a certains endroits qui sont soumis au danger et à des situations de légitime défense. Le peuple doit se protéger lui-même si l’Etat n’est pas prêt à le faire ou n’est pas en mesure de le faire.  Nous souhaitons ainsi montrer que nous sommes là pour notre peuple.

Traduit de l’allemand par Alimuddin Usmani.

 

*Poète et philosophe allemand (1770-1843)

Be the first to comment on "Attentat de Berlin : Entretien avec Frank Franz"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*