Révolte de migrants en Bulgarie

capture-decran-2016-11-24-a-18-19-29

Ce jeudi, 2000 migrants se sont révoltés dans le sud de la Bulgarie, dans le camp de réfugiés d’Harmanli, apprend-on dans le média tchèque novinky.cz. Les migrants ont attaqué les policiers et ont commencé à détruire un bâtiment qui devait être inauguré cette semaine. Les forces anti-émeutes se trouvent sur place mais elles ne sont pas encore intervenues.

L’agence de presse BGNES a annoncé que la révolte a éclaté de manière spontanée, lorsque des migrants insatisfaits ont commencé à lancer des pierres sur les policiers et à brûler des pneus. D’après le site internet bulgare Novinite, les migrants exigent l’ouverture de la frontière, à 30km de là, et un accès libre au territoire serbe.

Le site Novini.bg a précisé, de son côté, que les migrants du camp de Harmanli se sont révoltés à cause du règlement qui empêche les migrants de quitter le camp. Les autorités bulgares ont instauré ce règlement, ces derniers jours, suite à l’apparition de maladies infectieuses parmi les migrants.

Les migrants s’étaient déjà révoltés il y a un mois

Une révolte similaire s’est déroulée au camp de Harmanli, il y a un mois. Des renforts pour pacifier la situation étaient venus des villes de Svilengrad, de Dimitrovgrad et de Kardjali. Depuis la fermeture de ladite route migratoire des Balkans, qui menait de Grèce en Macédoine puis en Serbie, les flux des migrants qui utilisent le territoire bulgare pour se rendre illégalement en Europe occidentale ont augmenté.  A cause de la vague migratoire, l’armée bulgare a aussi construit une clôture à la frontière turque.

Sofia a également demandé de l’aide à la Commission européenne pour la protection de ses frontières sous forme de renfort de policiers, de véhicules spéciaux et de moyens de détections.

Article traduit à partir du tchèque par Alimuddin Usmani

Be the first to comment on "Révolte de migrants en Bulgarie"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*