Éditorial : La société du spectacle

Trump show

Nous avons l’impression de voir un changement radical avec l’élection de Trump mais ce changement n’est que très relatif. Trump n’est pas le Che, c’est un capitaliste qui a emprunté de l’argent et qui est aujourd’hui redevable à ses créanciers. Il a d’ailleurs donné des gages à tous les lobbies possibles et imaginables. N’oublions pas non plus qu’il n’y a pas si longtemps que cela, ils étaient copains comme cochons avec Hillary Clinton. Ils font partie du même monde et il ne faut pas l’oublier.

Ce qui a surtout permis l’élection de Trump, c’est le phénomène de la société du spectacle, Je vous conseille d’ailleurs de lire l’ouvrage de Guy Debord à ce sujet. Étant une bête de scène, Trump a su attirer vers lui les médias et ainsi les électeurs. Je ne remets pas en cause le fait qu’il était certainement le moins mauvais choix face à Mme Clinton. Sur un plan personnel, je suis d’ailleurs très heureux qu’elle n’ait pas été élue car j’ai de la famille en Iran et elle aurait probablement attaqué ce pays sous peu.

Mais si nous voulons évoluer, aller vers un monde plus juste, il nous faut aussi arrêter de courir après le spectaculaire, il nous faut vivre dans le réel et aborder les vrais problèmes sans perdre notre temps à continuellement chercher la distraction. Je trouve d’ailleurs bien triste que mon interview du requérant débouté ait fait le buzz alors que pratiquement personne n’a regardé mon interview de l’immigré congolais au Brésil qui parle de la situation tragique de son pays d’origine. Il faut évidemment parfois se vider la tête car nous en avons besoin pour notre équilibre mental. Et il est d’ailleurs possible de se divertir de façon intelligente.

Lorsque Dieudonné nous fait des sketchs hilarants sur des sujets graves tels que le cancer ou le pouvoir du lobby sioniste, nous voyons qu’il est possible de rire tout en se posant des questions pertinentes. Souvenons-nous aussi des sketchs de Bigard sur les incongruités de la version officielle des événements du 11 septembre 2001. On peut également écouter du rap, mais mieux vaut écouter les paroles sensées de Tupac ou DMX plutôt que les futilités de Booba ou de Rick Ross.

Arrêtons donc de nous exciter et d’épiloguer sur les élections américaines et maintenant sur les élections françaises, puisque tous les candidats font partie du système, et concentrons-nous sur les véritables problèmes de notre monde. Et laisser sa place à une personne âgée dans le bus est déjà un bon début et une action très concrète…

 

Joseph Navratil

Be the first to comment on "Éditorial : La société du spectacle"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*