Le massacre de Qana, épisode indissociable du bilan de Shimon Peres

CAPTION CORRECTION - ADDING APPROXIMATE NUMBER OF PEOPLE AT PROTEST - Chadia Bitar joins a group of approximately 75 Arab-Americans to protest a visit by Shimon Peres, former Prime Minister of Israel and Chairman of the Labor Party, December 8, 2003 in Dearborn, Michigan. Peres attended the Seeds of Peace Michigan Gala where he received the John P. Wallach Peacemaker Award. Bitar's two young sons were among 100 civilians killed by Israeli bombs while visiting their grandmother in Qana, Lebanon in April of 1996. Peres was Israel's Prime Minister and Minister of Defense at the time of the bombing of Qana.  REUTERS/Rebecca Cook (Newscom TagID: rtrlive575438.jpg) [Photo via Newscom]CAPTION CORRECTION - ADDING APPROXIMATE NUMBER OF PEOPLE AT PROTEST - Chadia Bitar joins a group of approximately 75 Arab-Americans to protest a visit by Shimon Peres, former Prime Minister of Israel and Chairman of the Labor Party, December 8, 2003 in Dearborn, Michigan. Peres attended the Seeds of Peace Michigan Gala where he received the John P. Wallach Peacemaker Award. Bitar's two young sons were among 100 civilians killed by Israeli bombs while visiting their grandmother in Qana, Lebanon in April of 1996. Peres was Israel's Prime Minister and Minister of Defense at the time of the bombing of Qana. REUTERS/Rebecca Cook (Newscom TagID: rtrlive575438.jpg) [Photo via Newscom]

La presse institutionnelle ainsi que les dirigeants du monde entier rendent hommage l’ancien dirigeant israélien Shimon Peres disparu dans la nuit du 27 au 28 septembre 2016. Pour le président François Hollande, «Shimon Peres appartient désormais à l’Histoire, qui a été la compagne de sa longue vie». «Avec la disparition de Shimon Peres, Israël perd un de ses hommes d’Etat les plus illustres, la paix un de ses plus ardents défenseurs et la France un ami fidèle.» Pour François Hollande, bien plus qu’un homme d’État, «Shimon Peres était Israël aux yeux du monde». Le premier ministre Manuel Valls a salué de son côté «une conscience pour l’humanité» et «un bâtisseur de paix infatigable», estimant que le monde était aujourd’hui «en deuil». Il est peu probable que la presse mainstream s’attarde sur le fait que Shimon Peres ait été un des principaux artisans de l’introduction de la bombe nucléaire dans la région, que c’est pendant la période de ses fonctions ministérielles que se sont construites de nombreuses colonies en Cisjordanie.

L’épisode tragique dont se souviennent les Libanais et dont Shimon Peres porte une lourde responsabilité reste celui du massacre de Qana en 1996. Alors qu’il était Premier ministre, Shimon Peres décide de lancer une offensive destinée à fragiliser le Hezbollah qui mène une guérilla contre l’armée israélienne qui occupe alors le Sud-Liban. Excédé par les succès militaires du Hezbollah contre Tsahal, Shimon Peres donne le feu vert à son armée pour lancer un déluge de feu contre les villes et les villages libanais, le 11 avril 1996.

L’opération, baptisée « Raisins de la colère », durera jusqu’au 27 avril et fera de nombreux morts civils. Le 18 avril, des centaines de civils sont réfugiés dans un camp de la FINUL. L’armée israélienne bombarde la camp à l’artillerie lourde, le bilan est de 106 morts. Israël tente dans un premier temps d’attribuer le bombardement à une erreur de tir et prétend que des combattants du Hezbollah se trouvaient à proximité. L’armée israélienne dément également qu’un drone survolait la zone. Un enregistrement vidéo amateur filmé par un casque bleu fidjien, montre qu’un drône se trouvait bien au-dessus du camp. Le film contredit les déclarations initiales du gouvernement israélien et plonge le gouvernement israélien dans l’embarras. Israël affirme alors que le champ de vision du drône était réduit et ne permettait pas de voir ce qui se passait dans le camp et que les premières déclarations officielles avaient eu lieu hâtivement alors que l’enquête interne de l’armée n’était pas achevée. Quatre ans plus tard, Israël sera forcé de se retirer du Sud-Liban, les attaques du Hezbollah devenant de plus en plus efficaces.

Be the first to comment on "Le massacre de Qana, épisode indissociable du bilan de Shimon Peres"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*