Suisse : le coup d’Etat silencieux

Vendredi soir l’UDC organisait sa 28e séance de l’Albisgütli. Pareille grande réunion du premier parti politique suisse ne suscite au mieux qu’un désintérêt poli de la part des médias, rapporté dans un simple entrefilet dans la presse. Ce n’était toutefois pas le cas cette année, chacun attendant au tournant Christoph Blocher après l’annonce de son retrait de la vice-présidence de l’UDC. Les journalistes salivaient donc à l’idée d’un discours d’adieu, de l’abandon de la vie publique… Les débuts d’année sont toujours riches en vœux!

C’est un Christoph Blocher combatif et plein de verve qui vint à la tribune. Lorsqu’il annonça « Je n’ai pas quitté la vice-présidence pour arrêter le combat, mais pour le commencer, » tous les espoirs de faire l’éloge funèbre de la vie politique de cette figure historique suisse se dissipèrent en un instant. Encore raté!

Son discours durant un peu plus d’une heure, il aborda d’autres question que son non-retrait de la vie politique helvétique. Les médias étaient sur place, ainsi que le président de la Confédératon M. Schneider-Ammann et 1’300 invités et délégués de l’UDC, il était difficile de le passer sous silence. Les médias romands tentèrent notamment d’en rendre compte à travers un article de 24heures. Quant à la RTS, pour avoir un vague compte-rendu il fallut attendre le lendemain où un reportage se contenta de tourner en ridicule les propos tenus la veille.

Alain Rebetez, qu’on avait connu plus inspiré, expédia le propos en une phrase: « la volonté du peuple n’est plus respectée en Suisse, on assiste à un coup d’état silencieux et à l’établissement d’une dictature », avant de passer sans transition à la réunion PLR du lendemain où, face à un public conquis, un M. Schneider-Ammann placide put tourner en dérision les propos entendus la veille.

Le grand public en est-il vraiment quitte pour une franche rigolade? Est-il réellement dupe? Peut-on balayer comme une simple anecdote une discussion aussi cruciale sur le fonctionnement du pays, tenue publiquement par un ancien conseiller fédéral?

lire la suite sur Les Observateurs.ch

4 Comments on "Suisse : le coup d’Etat silencieux"

  1. Jean d’Ormesson, l’a très bien dit, le modèle de l’Europe,4 peuples pour 1 pays, doit être la Confédération Helvétique,l’Europe, c’est la Suisse.La Paix, règne.Les autres pays, l’UE, est un conglomérat de la pagaïe organisée. Patrick Lévy.

  2. Peuple, populisme, populaire, sont dans la même famille; le Forum Économie de Davos, et, son oligarchie, de la même famille, mais différente. Patrick Lévy.

  3. Je remercie la pravda.CH, de l’hospitalité qu’elle m’accorde; je tiens à remercier Pierre Hainard de sa conférence, prononcée à Malvilliers le 30.01.2018. En effet, la Confédération Helvétique, est devenue, le Liban de l’Occident. Par exemple, lors de l’entrée de diplomates Helvétique à Gaza, qui est un territoire administré par le Hamas, organisation terroriste, telle que Daesh, Hezbollah, El Kaïda. Patrick Lévy

  4. Au Liban, personne ne s’oppose aux champs de coquelicots cultivés sur les hauts plateaux, gardés par le Hezbollah. Patrick Lévy.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*