Entretien avec Julien Rochedy sur l’immigration

Julien Rochedy est un homme politique et un entrepreneur français qui a notamment occupé le poste de directeur national du Front national de la jeunesse (FNJ) entre 2012 et 2014. Il a accordé un entretien exclusif à lapravda.ch sur le dossier brûlant de l’immigration extra-européenne.

Alimuddin Usmani : Julien Rochedy, dans une récente tribune vous avez mis en garde contre « l’Africanisation de l’Europe »[i]. Comment expliquez-vous qu’aucun parti politique ne prête d’attention à cette problématique qui semble bien moins secondaire que celle de l’Islamisme?

Julien Rochedy : Plusieurs raisons poussent les occidentaux à se préoccuper beaucoup plus de l’islamisme que de la submersion démographique à venir :

  • Raison pratique : les effets de l’islamisme sont visibles et effectifs dès aujourd’hui, tandis que les phénomènes démographiques, sauf dans le cas d’arrivée massive et en un coup de migrants comme dans le Camps des Saints, sont des phénomènes lents et profonds. L’islamisme résonne aussi avec la peur et la violence, ce qui interpelle beaucoup plus les citoyens.
  • Raison politique : de nombreux réseaux ainsi que de nombreuses forces en géopolitique (Etats-Unis, Israël, etc) ont besoin du thème de la lutte contre l’islamisme pour justifier leur politique.
  • Raison psychologique : les occidentaux, et parmi eux particulièrement les Français, ne raisonnent pas en terme de peuple mais d’idéologie. Ils sont dans une civilisation constructiviste et rationaliste depuis déjà longtemps, tandis qu’ils ont perdu tous rapports avec l’aspect charnel et ontologique des éléments constitutifs des peuples. Dans ce cas de figure, ils comprennent l’islamisme comme une idéologie, une construction intellectuelle, une religion, quelque chose qui a à voir avec l’Esprit. Ils le perçoivent donc. Or, l’aspect ethnique dans sa dimension génétique, le corps, le peuple et sa nature physique, sont des réalités qui ne leur parlent plus et dont, surtout, ils ne veulent pas entendre parler, obsédés comme ils le sont par l’antiracisme.

Que vous inspire l’article de Guy Sorman qui affirme que les réfugiés d’aujourd’hui lui rappellent son père fuyant le nazisme[ii]?

Que c’est un con qui n’a rien compris, mais ça on le sait depuis longtemps. Il joue comme les autres sur l’imaginaire manichéen de la Seconde Guerre mondiale. C’est leur seul et plus puissant argument, c’est le mythe fondateur de leur religion des droits de l’homme. Tout voir avec les grosses lunettes « Hitler » est leur dada, leur bêtise crasse. Il y en a marre, mais je crois que cette façon de voir et de penser les choses est en déclin. Et c’est tant mieux.
Selon vous Angela Merkel obéit-elle plutôt au patronat ou bien au pouvoir bancaire concernant sa politique migratoire?

Aux uns et aux autres sans doute. Mais avant de parler complot, j’aime m’intéresser surtout aux problèmes psychologiques. Merkel est allemande et à ce titre elle porte une culpabilité monumentale sur ses épaules à cause de « ce qui s’est passé durant les heures les plus sombres de notre histoire ». Cette culpabilité s’est muée en ethnomasochisme qui fait qu’à terme, les Allemands disparaitront. Et il y a aussi une raison intellectuelle à cela : nos dirigeants (mais pas seulement ! Beaucoup de gens dans « le peuple » aussi) raisonnent, comme je disais plus haut, sans penser au « corps » d’un peuple. Dans une façon de voir « fonctionnelle » de l’être humain, qu’un jeune Syrien ou un Somalien remplace un Allemand de souche qui part à la retraite dans une chaine de production au fin fond de la Saxe, ça ne pose aucun problème. « On est tous des êtres humains », et tutti quanti…

 

Quelle est selon-vous la responsabilité du Ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius dans la situation actuelle en Syrie sachant qu’il avait déclaré en 2012 que « Bachar el-Assad ne mériterait pas d’être sur la Terre »[iii]?

Elle est bien sûr fondamentale. La France a été en première ligne (plus encore que les Etats-Unis, l’Angleterre et Israël contrairement à ce qu’on entend beaucoup) contre Bachar El-Assad dans la mesure où elle a voulu défendre le projet de gazoduc Total/Qatar qui devait passer par la Syrie et que Bachar a décidé de refuser pour lui préférer le projet de gazoduc iranien nommé « Islam ». A partir de ce moment là, l’intérêt du gouvernement français, qu’il fût UMP ou PS, a été de foutre en l’air Bachar, quitte à s’appuyer, pour ce faire, sur des cons d’islamistes, car facilement manipulables et faibles militairement le jour où l’Occident voudra véritablement s’en débarrasser.

Mais ils ne s’attendaient pas que Bachar résistât autant. Le peuple Français et les Européens en paient les conséquences aujourd’hui.

 

Que pensez-vous de l’attitude des pays d’Europe centrale qui refusent pour l’instant catégoriquement de se voir imposer des quotas de migrants par la Commission européenne?

Elle est saine et prouve qu’il y a plus de volonté de vivre [en tant que peuple homogène] à l’Est qu’à l’Ouest. A terme, si l’Ouest ne se reprend pas ou si les solutions communautaristes (pour les européens) ne prennent pas, alors les Européens qui auront encore envie de vivre à l’européenne devront fuir l’Ouest pour aller vivre à l’Est de l’Europe. Ce grand trek vers l’Est est peut-être inscrit dans les étoiles, mais je persiste à espérer qu’on trouvera d’autres solutions pour sauver cet Ouest devenu complètement fou.

 [i] http://www.valeursactuelles.com/vers-une-africanisation-de-leurope-55485

[ii] http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/09/03/les-refugies-d-aujourd-hui-me-rappellent-mon-pere-fuyant-le-nazisme_4744078_3232.html

[iii] https://www.youtube.com/watch?v=s4GZ1Tf3Nf0

Be the first to comment on "Entretien avec Julien Rochedy sur l’immigration"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*