Le Droit au blasphème à la Shoah autorisé à Prague

Pancarte indiquant "Magasin juif" durant l'occupation allemande de l'actuelle République tchèquePancarte indiquant "Magasin juif" durant l'occupation allemande de l'actuelle République tchèque

Le 18 juillet dernier, une poignée de manifestants se trouvait sur la place Venceslas à  Prague pour sensibiliser la population à propos des droits des pères divorcés. Ce collectif dénonce les décisions des tribunaux, dans les affaires de divorces, prises de manière presque systématique en faveur des femmes qui obtiennent la garde des enfants. Selon les membres de cette association qui lutte pour les droits des pères, les responsables de cette dysfonction seraient les juges, les avocats, les experts, les travailleurs sociaux et divers cercles féministes qui exercent leur influence sur le pouvoir judiciaire.

A l’occasion de cette manifestation, les protagonistes n’ont pas hésité  à blasphémer la religion de la Shoah en arborant des étoiles jaunes (avec l’inscription « père » au lieu de « juif ») qui rappellent les heures les plus sombres de notre histoire mais on peut se demander si, par cette action, ils ne les banalisent et les ridiculisent pas dans le même temps…
Si des manifestants s’étaient risqués  à  faire la même prouesse en France nul doute que la police d’Etat de Valls, qui semble allergique à tout ce qui touche au blasphème de l’histoire d’une certaine communauté, aurait arrêté les provocateurs Manu militari.
Qui aurait pu croire il y a trente ans que la Tchécoslovaquie, dirigée  par une dictature communiste à l’époque, puisse un jour devenir un pays où  la liberté  d’expression serait plus élevée  qu’en France, pays de Descartes et des Droits de l’homme?
Manuel Parkinson
Manifestants membres de l'Union des Pères, le 18 juillet 2015 à Prague

Manifestants membres de l’Union des Pères, le 18 juillet 2015 à Prague

Un membre de l'Union des Pères lors de la manifestation du 18 juillet 2015 à Prague

Un membre de l’Union des Pères lors de la manifestation du 18 juillet 2015 à Prague

Be the first to comment on "Le Droit au blasphème à la Shoah autorisé à Prague"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*