«Mauvais requérant», mais bon client pour l’extrême droite

Logo du TempsLogo du Temps

Derrière le «succès» de la vidéo d’un requérant d’asile du foyer des Tattes se cachent deux personnages qui n’ont rien à faire l’un avec l’autre. Enfin, je crois.

A l’échelle romande, la vidéo de ce requérant d’asile du foyer des Tattes à Vernier (GE) est un véritable succès. Alors que ces lignes s’écrivent, la diffusion de son interview via Dailymotion a été visionnée près de 17 000 fois, partagée à des centaines de reprises sur les réseaux sociaux. Si la situation n’était pas aussi sérieuse, on parlerait déjà de buzz, à défaut de pouvoir employer le terme «ramdam», propice à toutes les interprétations, et surtout les plus pernicieuses dans le contexte qui suit.

Nul besoin d’une analyse cinématographique des 4 minutes et 37 secondes que dure la séquence pour comprendre l’attrait de ce Tunisien, débouté de sa demande d’asile: c’est lui, le mauvais requérant. Celui qui préfère «aller chercher une vieille de 40 ans et la baiser chaque soir, avant de dormir chez elle». Elle? Cette «Suissesse qui manque de sexe», laquelle lui lâchera finalement «un peu d’argent» à son réveil avant que l’amant d’un soir s’octroie une «douche». Ce requérant, quelle belle opportunité pour les amoureux des frontières étanches.

Lire la suite de l’article sur letemps.ch

 

Be the first to comment on "«Mauvais requérant», mais bon client pour l’extrême droite"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*