La pénurie de chocolat, menace ou fantasme ?

source : Jeuneafrique.com

Face à l’augmentation de la demande des pays émergents, les géants de cette industrie affirment redouter un déficit de fèves. Un scénario jugé alarmiste, et même contre-productif, par les experts.

Depuis les fêtes de fin d’année, les journaux du monde entier ont multiplié les titres annonçant une probable envolée des prix du chocolat. Les acteurs de cette industrie ne cessent de s’alarmer d’un possible manque de fèves sur les marchés internationaux, en raison notamment d’une forte hausse de la consommation dans les pays en développement – de l’ordre de 30 % pour le trio Chine-Inde-Brésil depuis la crise de 2008.

En novembre, le singapourien Olam, l’un des principaux négociants de fèves, a annoncé prévoir pour cette année un déficit de 120 000 tonnes sur le marché. Dans le Wall Street Journal, son concurrent, l’américain Cargill, évoquait avant lui un chiffre de 100 000 à 200 000 t. Barry Callebaut, autre grand ténor du secteur, table à l’inverse sur un surplus pour 2014-2015.

« Pour cette campagne, il n’y a pas de consensus sur la production, confirme Victoria Crandall, analyste chez Ecobank. Et cela est lié à l’incertitude qui entoure les chiffres de la récolte du Ghana [deuxième producteur mondial de cacao]. L’harmattan [vent chaud ouest-africain] a probablement eu un impact négatif sur celle-ci. En revanche, en Côte d’Ivoire, la production devrait finalement être assez bonne. » Le pays, premier producteur mondial, pourrait se maintenir à un niveau équivalent ou légèrement inférieur à celui enregistré pour 2013-2014, avec 1,7 million de tonnes. Cette année-là, comme durant la majorité des campagnes précédentes, la production mondiale était en excédent.

Lire la suite de l’article sur le lien http://economie.jeuneafrique.com/index.php?option=com_content&view=article&id=24645

Be the first to comment on "La pénurie de chocolat, menace ou fantasme ?"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*