En troquant des graines sur le net, ils défient l’industrie des semences par Lara Charmeil

Crédit : Wikipédia Commons

Fondé il y a trois par un ancien cadre financier, le site Graines de troc compte aujourd’hui 5 000 membres. Basée sur une monnaie virtuelle, il constitue une alternative à la privatisation et à la standardisation des semences.

Du commerce de produits financiers au troc de graines. C’est le virage professionnel qu’a pris Sébastien Wittevert il y a trois ans. Cadre dans la finance, il plaque alors son job pour créer Graines de Troc, une plateforme participative dont le principe est simple : inviter les particuliers à échanger des graines de chia, de petits pois carrés, de roses trémières… Et ainsi participer à défendre biodiversité.

« Ce fut un long cheminement, mais le jour où j’ai mis les pieds dans une AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne), j’ai su qu’il fallait que je fasse quelque chose pour participer moi aussi à la transition écologique indispensable que nous sommes en train de construire. »

La plateforme de Sébastien Wittevert rassemble aujourd’hui plus de 5 000 troqueurs, qui s’échangent 3 000 variétés de graines.

ÉCHANGE DE SAVOIRS-FAIRE

En plus de pouvoir troquer des graines, les utilisateurs du site disposent d’un forum, dans lequel ils peuvent mutualiser leurs savoirs-faire : techniques de semis, astuces pour monter son potager, recettes, repérage des espèces invasives ou dangereuses.

À en croire son fondateur, désormais entouré de trois salariés, le site ne cesse de gagner en visibilité et en fréquentation.

« Nous recensons 600 échanges quotidiens et 13 000 échanges au total », explique à We Demain Sébastien Wittevert, qui veut croire que ce dynamisme est le « signe que de plus en plus de gens sont en train de se convertir à cette alternative simple de désobéissance citoyenne ».

Lire la suite de l’article sur http://www.wedemain.fr/En-troquant-des-graines-sur-le-net-ils-defient-l-industrie-des-semences_a988.html

Be the first to comment on "En troquant des graines sur le net, ils défient l’industrie des semences par Lara Charmeil"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*